Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Chef carlos

Le blog de Chef carlos

Entre les voyages et mon métier de Cuisinier

Publié le par chefcarlos

Mes 50 ans sur le Mont Kazbek en Géorgie dans le Caucase (5037m)

Ascension du KAZBEGI en GEORGIE 17/08/2012 

C_GE_Tsminda-Sameba-Church_-Kazbegi_-Georgia_0000032121_.jpg

1

 

Mont Kazbek ( Géorgie : ყაზბეგი ou მყინვარწვერი (Qazbegi / Mqinvartsveri) ,l'ossète : Сæна (SAENA) , russe : Казбек , tchétchène : Башлам (Bashlam) ), est un stratovolcan en sommeil et l'une des principales montagnes du Caucase situées dans le District du Kazbegi , de la Géorgie et de l'Ossétie du Nord . Il s'agit de la troisième plus haute montagne en Géorgie (après le Mont Shkhara et Janga ) et le septième pic dans les montagnes du Caucase. Le sommet se trouve directement à l'ouest de la ville de Stepantsminda et est la caractéristique la plus importante de la zone géographique. Mt. Kazbek est le point culminant de la Géorgie orientale . Le nom en Géorgien, Mqinvartsveri, se traduit par "glacier" ou "Ice Mountain". 

Le Mont Kazbek est associée dans le folklore géorgien Amirani , la version géorgienne de Prométhée , qui était enchaîné à la montagne en punition d’avoir volé le feu aux dieux et l'avoir donné aux mortels. L'emplacement de son emprisonnement est devenu plus tard l'emplacement d'un ermitage orthodoxe situé dans une grotte appelée "Betlemi" (Bethléem ) à peu près au niveau de 4000 mètres. Selon les légendes, cette grotte a abrité de nombreuses reliques sacrées, y compris la tente d’Abraham et la crèche de l'enfant Jésus . 

 

RECIT :

Rien d’extraordinaire de faire un 5037m, si ce n’est que je suis un amateur et que j’ai souhaité y arriver le jour de mes 50 ans avec un vent très fort et un mauvais temps. Sans oublier un retour après 9 ans, dans cette Géorgie qui m’a tant donnée lorsque j’étais en poste à l’Ambassade de France. Durant 2 jours à Stepantsminda dans la région du Gazbegi, j’ai fait à deux reprises un aller -retour  avec Nicolas, sur le monastère de Sameba Gergetis (L’église de la trinité). Le jour du départ, je suis parti avec le Guide Jaba, Scott ma mascotte de toutes mes expéditions et ses collègues pour l’ancienne  station météo Russe  à  Bethleem Hut (3672m). Nous étions accompagnés par les chevaux, régulièrement ils montent à la station pour le ravitaillement et les bagages.

100_1372-copie-1.JPG

Avant le point d’eau à Sabertse S (N42°39’42.1’’ et E044°33’42.3’’) à 3010m, nous devions traverser une rivière boueuse à saute mouton. Puis ensuite après une bonne heure, nous traversons le glacier Gergetis, les moraines, pour monter ensuite à la station Météo (N42°40’48.0’’ et E044°31’59.9’’) à 3672m.

Arrivé vers 15h, nous commençons l’acclimatation « Tamada Géorgien » et ceci tard dans la nuit, les Toasts à la santé des femmes, de la famille et des alpinistes décédés sur le Kazbek se poursuivent tard dans la nuit. Le lendemain, c’est l’acclimatation de l’altitude, mais au petit matin, je ne sais plus si je commence à avoir le mal de la montagne où alors le mal d’avoir trop bu de vin Sapéravi. Pour cela, je pars dans l’après midi pour une chapelle situé à 3902m. Après une bonne heure au sommet, je suis redescendu à la station. J’évite alors le piège des Toasts Géorgien et je me couche.

100_1426.JPG

*Tamada :

Les Georgiens boivent beaucoup de vins, mais pas tous les jours ; que si il y a des invités ou si quelque chose est célébrée. Visiteur en Géorgie, vous êtes toujours le nouvel invité en tout lieu et donc cela signifie que tous doivent boire en votre honneur et une fête aura lieu ou vous arrivez. Même dans une station météo en haute altitude. Refusez un verre est très impoli ! Dire que vous êtes très malade, n’est pas une bonne solution, car plus d’alcool sera la raison pour guérir ce mal. Au bout de la table, se trouve en principe le Tamada, le Maître de cérémonie ou du lieu. La solution porter un toast long, tenir des discours symboliques et ne boire que des petites gorgées.

100 1471

 Dans la nuit, nous partons vers 4h du matin, une Polonaise se rattache à nous, mais on perdra une bonne heure au départ.

A l’aide de nos frontales, nous allons traverser des moraines, des glaciers avec des crevasses et des ponts de neige. Puis arrive le chemin dominé par le Khmaura, le chemin le plus dangereux de cette ascension car les pluies de pierres sont incessantes, parfois des pierres aussi grosses qu’une voiture.

Puis arrivé sur le plateau, vers 4400 m, certaines équipes vont camper à cet endroit pour arriver frais et dispos pour l’ascension du Kazbegi. Vers 4460m, c’est une véritable pluie de glace avec un vent très fort.

J’essaye d’économiser mes efforts, mais à un moment, je m’entrave avec les crampons et je glisse sur la pente, j’ai alors le réflexe de taper très fort avec mon piolet pour stopper ma chute et je reprends ma progression. Plusieurs équipes se suivent, chaque effort peut coûter cher. J’en paye les conséquences car à 400m du sommet, j’ai l’idée d’abandonner ! Mais ma cordée, m’attende et  j’essaye de récupérer mon souffle tous les 10m. Puis 200m et un membre de l’équipe Russe, m’annonce que je suis à 2mm, lui il en redescend. Tout est blanc autour de moi, le ciel et le sol. 14H00, j’arrive au sommet du Kazbegi( 5034m), ma caméra ne fonctionne pas car il fait entre -25 et -30°C . Une équipe Iranienne arrive en même temps que nous, par le versant Russe. C’est un moment de grande émotion, je pleurs comme une fontaine, on s’embrasse, quelques photos et on quitte très vite le sommet. Ensuite le retour, plus dangereux car le soleil tape sur les glaciers, les ponts de neige sont fragilisés et les crevasses béantes sont prêtes à nous avaler. Le passage au pied du Khmaura est alors beaucoup plus dangereux, la moraine semble se désintégrer à chaque pas, les pluies de pierre incessantes. Nos yeux rivés sur les hauteurs, on accélère nos pas. Arrivés à la station Météo, je me couche rapidement et je veux savourer seul la réussite de mon ascension. Le lendemain avec Jaba, le guide, nous mettrons que 3h pour traverser le glacier et revenir au Monastère. Le secret, j’ai mis après le glacier de Gergetis, la paire de chaussure de tennis offert par Nicolas et Nino et nous avons été avec Jaba, très vite !

La raison de mes défaillances, sans aucun doute, le manque d’alimentation durant l’ascension car au niveau de l’altitude, j’étais au point !

Dès le retour, ce fût à nouveau le Tamada pour fêter l’ascension

 

Carlos MARSAL, le 17 Août 2012, le Mont Kazbegi en Géorgie, versant Russe, à 14H00

1

100_1413.JPG

 Bethlem Hut, ancienne station meteo Russe

UKRAINIENNE

ukrainienne 2

 Avec deux alpinistes Ukrainiennes,  Elles sont restées au niveau de la station Météo.

100_1387.JPG

Ps: Les dates sur les photos, ne sont pas bonnes (Mauvaise configuration sur l'appareil photo)

Commenter cet article

Delpal 23/11/2012 13:52


Bonjour


Bravo pour le périple. Pouvez-vous me conner le nom du guide et son agence. Je souhaire partir en 2013 ou 2014


D'avance merci


Olivier

chefcarlos 03/12/2012 00:20



Bonjour, excusez le retard, mais en ce moment visite ministérielle non stop en Tunisie.i le prénom du guide: Djaba et son numéro de
portable : +(995) 5 57 10 58 00


http://www.facebook.com/jaba.gomiashvili


Sinon prend contact avec mon amie
Géorgienne,


Irma Aslanishvili


 


Elle parle anglais et elle a des contacts avec les guides.+(995)555340031


Amitié et courage


Carlos


 



irma 23/08/2012 08:18


BRAVO!!! Mes  félicitations pour cette escalade !!!!