Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Chef carlos

Le blog de Chef carlos

Entre les voyages et mon métier de Cuisinier

Publié le par chefcarlos

Tout à commencé.......

Ce vendredi 17 décembre, Mohamed Bouazizi, 26 ans, tente par un geste de désespoir de s'immoler par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid dans le centre du pays.

mohamed-bouazizi-300x271.jpg

Vendeur Ambulant,sa marchandise a été saisie pour la énième fois par une femme de la police municipale.

Mohamed Bouazizi est conduit dans un état grave à l'hopital.

Des habitants de Sidi Bouzidb affluent devant le gouvernorat. Ils manifestent leur colère vis-à vis des autorités qui font peu cas des conditions précaires d'une jeunesse marquée par le chômage et le dénuement. Ils ne seront pas entendus.

photo-revolution.jpgrévolution 1 jasmin

A partir de ce jour, le mouvement de révolte s'amplifie et se répend dans le pays, les accrochages avec les forces de l'ordre s'intensifient. Ben ali tente de maitriser la situation. La direction et les militants du RCD réaffirment leur "Cohésion" autour du président Ben Ali et leur attachement à sa personne en tant que guide de la marche de la Tunisie.

La police et la milice répondront avec violence aux manifestants, le sang coule dans de nombreuses villes, les snippers de la milice Ben Ali tirent au hasard sur les passants. Des groupes saccagent des commerces et brûlent des voitures. Le couvre feu est en vigeur et l'Etat d'urgence est décrété.

photo révolution1photo révolution 2 milice

tunisien armée

Mercredi 12 janvier 2011, le général Rachid Ammar, chef d'état-major de l'armée de terre, refuse de tirer sur les manifestants.

Jeudi 13 janvier 2011, le chef de l'Etat s'adresse au peuple Tunisien dans une allocution retransmise à 20 heures sur les chaînes de télévision et les radios.

Mais au moment où il s'adresse au peuple, on compte de nombreux morts et la cyber-sphère rend compte de la débacle du régime Ben Ali. Nombreux de tunisiens naviguant sur les réseaux sociaux sont informés de la situation. Des saccages et pillages ont lieu dans les stations touristiques.

Vendredi 14 janvier 2011, L'UGTT maintient un ordre de grève générale. A Tunis, des citoyens, toutes catégories confondues, répondent à l'appel en affluant sur l'avenue Bourguiba. Les affrontements sanglants s'intensifient. On compte des centaines d'arrestations.

révolution fin

Le soulèvement est devenu une révolution et la fuite du dictateur et de sa famille est annoncée en fin d'après-midi. La nuit du 14 au 15 janvier est pour les Tunisiens et les Etrangers une nuit de terreur, les brigades de l'ordre public (BOP) poursuivent les manifestants dans les immeubles, des snippers sont positionnés dans plusieurs points de la capitale et des villes intérieurs selon un schéma préétabli, tirant sur les gens.Les milices de quartier s'organisent pour filtrer les éventuelles membre du régime Ben ali.

DSCF9522aaa.jpg

Les militaires sont repositionnés dans les lieux stratégiques et les grands magasins.Les tunisiens ont payé le prix fort pour la révolution Jasmin et la route est encore longue pour retrouver l'économie, la sécurité et la stabilité. Le gouvernement provisoire travaille d'arrache pied pour relancer le tourisme en Tunisie. Cette année, semble perdue et la prochaine élection au 24 juillet sera déterminant pour l'avenir de la Tunisie. J'ai été présent avec ma famille durant cette période.

Carlos MARSAL

Commenter cet article