Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de Chef carlos

Le blog de Chef carlos

Entre les voyages et mon métier de Cuisinier

Carnet de route



                                   
Ittoqqortoormiit, le village le plus reculé et le plus septentrional
sur la cote Est.

L’isolement est quasi-total, le nom Danois du village est Scoresbysund, mais pour nous, il ne s’agissait que d’un bref lieu de passage car nous étions venues explorer les Terres de Roscoe Bjerge en deux boucles,

Aucune piste, aucun sentier, du moins notre chef d’expédition, Michael CHARAVIN (Guide de Terres Oubliés, amoureux inconditionnel du Monde Polaire et grand spécialiste du Groenland), nous a guidé selon la configuration du terrain et le GPS.

Mais oui, j’y étais pour mes 43 ans, Kalaallit Nunaat « la Terre des Hommes ».

Par moment, je repensais aux nombreux aventuriers du Pôle Nord, de l’Arctique, mais en particulier à Nansen, Paul Emile Victor,
Jean Malaurie, Jean-Louis Etienne et pour les plus récents, Mike Horn. Je me sentais bien novice et « rikiki », mais il faut bien un début à tout !

J’ai d’abord été étonné par le paysage rocheux, une palette aux nombreuses formes géométrique édifié par les dégels consécutifs et par le temps : Monticule de terre et pierres, cercle de terre entouré de pierres et puis aussi de véritable voie romaine, donnant l’impression d’avoir été façonné par l’homme ou chaque pierres et dalles s’emboîtent parfaitement. Le plaisir d’observer la glace sous toutes ses formes, pack, ice floes, icebegs, glaciers, sans oublier la calotte glaciaire de Hvidefjeld (Apuseq), que l’on a traversé dans sa longueur, profitant d’un éclairci.

Lors de notre deuxième passage à Ittoqqortoormiit, une incroyable rencontre avec le vagabond (bateau des glaces) et ses capitaines, Eric et France, (Les premiers navigateurs, à avoir réalisé le passage du Nord Est de l’arctique en voilier). D’ici, une trentaine d’année, vue le réchauffement climatique, vue l’état de la banquise, ce passage mystique sera certainement libre de glace et cet exploit marquera une page du passé dans l’histoire polaire.

 Ce bateau est très caractéristique pour la navigation dans ses mers et permet d’apporter une logistique pour les scientifiques et les sportifs. Ils participent  depuis au programme Européen Damoclès. Nous avons pu en bénéficier en fin de trek, en remplacement de l’hélicoptère pour atteindre Constable Pynt, (l’aéroport). Nous avons passé une agréable soirée avec les scientifiques et nos capitaines du bateau.

C’est en bateau que l’on réalise au mieux la magnificence des glaces, de leurs formes. Lorsque vue de l’eau, les montagnes de glace vous surplombe et que le soleil les éclaires tel un formidable projecteur. Leur beauté à couper le souffle, se décline selon un graduel, tout en couleur : Bleu profond, blanc, turquoise ou transparent tel un pur cristal. La glace se dévoile alors sous la forme d’un incroyable enchevêtrement de sculptures.

La deuxième boucle a été plus physique, à travers des glaciers, lacérées de nombreuses crevasses, vertigineuses et parfois simplement masqués, par une fine couche de neige ou par un pont de l’hiver dernier. Dans la descente, on se retrouve parfois devant un moulin (Un puits), ou l‘eau s’écoule et traverse les couches glaciaires en verticale pour s’écouler dans les rivières souterraines. Sans oublier les moraines, (Mélange de terre et de cailloux sur la glace) et le glacier noir ou tout est instable, du gros rocher, à la particule de pierre. C’est dans une progression dangereuse, mais sécurisé par l’expérience de Michael, que l‘on marche avec le maximum de concentration. Ajouter à cela une pluie fine et des lichens pourris, transformant notre trajet en patinoire. Dans ces moments, on se sent bien petit devant ses éléments et on progresse avec humilité. Terminant, au bout de 14 jours dans la toundra, havre de paix, pour observer la faune et la flore : Bœuf musqué, lièvre arctique, une variété infinie d’oiseaux, le saule et le bouleau nain, l’oseille. Profitant d’une dégustation sans limite de myrtilles sauvages.

Voilà en quelques mots, mon séjour d’exploration avec Terres oubliées.

Vous n’allez pas tout de même pensé que j’allais tout vous dévoiler. Peut-être par égoïsme et pour savourer seul chaque moment ou par pudeur, sans trop en dire, afin de ne pas se prendre pour un héro et de froisser mère nature.

Mais certains signes restent alarmants pour notre planète, la banquise se réduit indiscutablement, le réchauffement de la terre et ce qui en résulte. L’ours polaire sera parmi les premiers à en faire les frais. Sa disparition, n’est plus qu’une histoire de temps.

Avec ma passion polaire

Carlos MARSAL


Les dernières News d’Eric, de France et
Leonie leur fille (La Princesse des glaces).





(eric@vagabond.fr)
Eric Brossier

Thu 11/06/09 15:36


Salut Carlos,
Merci pour ton message, auquel,  je réponds enfin ! Après 3 semaines de vadrouille, me voilà de retour à bord, seul et au calme, j'attends la débâcle.
J'ai reçu ton mail alors que nous étions à La Réunion, invités au festival Au Bout du Rêve (
http://www.auboutdureve.fr/
) link, pour projeter notre film.
Voyage très dépaysant pour nous, tu peux voir des photos ici :
http://www.vagabond.fr/Au_Bout_du_Reve/Au_Bout_du_Reve.html,link
J'en ai profité pour aller voir le Marion-Dufresne et le bureau des TAAF à Saint-Pierre, tout cela m'a rappelé de bons souvenirs, et m'a bien fait penser à ton prochain départ pour St Paul& Amsterdam.

Bravo et bonne chance.
J'ai pu écouter quelques passages de tes itv radio sur ton blog, j'ai même téléchargé le début de l'émission "Face à face", super ! Ton parcours est fascinant. Pas mal ton choix de chant de marin.
Dans un mois environ, on quitte le Spitsberg, après y avoir passé 5 ans. Cet été, on embarque sur Le Manguier, cap sur le Japon via le passage du Nord-Est, même route que celle empruntée en 2002 avec Vagabond :
http://www.navirelemanguier.com/Bastia_Tokyo5.html,link

Amicalement de la banquise,
Eric

http://www.vagabond.fr/news,link

 

 

Les News de Michael CHARAVIN



http://www.skirandonnenordique.com/modules/actualites/item.php?itemid=83
,link

http://www.prevol.com/traces/infos%20complementaires%20sur%20Wings%20over%20Greenland.pdf,link

michael.charavin@free.fr


Avec Monsieur Jean MALAURIE

Géomorphologue de formation, ethnohistorien et écrivain, il est directeur du Centre d'études arctiques à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). Jean Malaurie, après 30 missions du Groenland à la Sibérie, a dirigé en 1990, la première expédition russo-française en Tchoukotka (Sibérie nord-orientale).